Je suis libre

Par Sia

blogokhaut

Suis pas hyper coquette mais un peu tout de même ! Je me maquille, me parfume et me coiffe. Oui je m’habille évidement (ce qui n’est d’ailleurs pas toujours une mince affaire).

J’insiste sur le « je me coiffe ». Celles qui, comme moi, ont les cheveux disons… libres, savent que se coiffer est nécessaire. Il y a des moments où il faut savoir s’imposer, montrer qui commande ! Les filles aux cheveux bouclés, afros, méditerranéens, frisés (et autres euphémismes) me comprennent aisément. Quand j’étais plus jeune, je les lissais systématiquement, le rendu était IMPECCABLE. Aujourd’hui j’ai les cheveux plus courts et surtout… j’ai 2 enfants ! Alors, non pas que je n’ai plus besoin de les lisser parce qu’à cause d’eux je me les arrache, mais je n’ai plus trop le temps !

Capillairement, j’ai longtemps regretté de ne pas naître dans les années 50, ce qui aurait fait de moi une jeune adulte dans les années 70 et donc une fille aux frisottis tendances ! Parce que moi, quand j’étais plus jeune, la tendance à suivre c’était surtout Vanessa Paradis, qui affichait une raideur maximum sur une épaisseur minimum ! Comble de la méprise, elle déplaçait, de gauche à droite, une mèche de cheveux qui se laissait gentillement dompter ! « Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? » me disais-je (à 2/3 trucs prêts !). Alors, pendant qu’elle chantait (elle avait le temps, elle !) moi je lissais ! Et plus elle chantait, plus je lissais ! Mon bras droit avait la puissance du bras gauche de Nadal aujourd’hui ! Je maudissais celles qui, coiffées même après l’averse, me disaient : « t’as des cheveux MA-GNI-FAÏK, moi si j’étais toi je les laisserais toujours bouclés ! » Oui, et moi si j’étais toi, je plongerais dans la piscine sans me soucier de ma tête après, je n’aurais pas peur de la pluie, je me passerais la main dans les cheveux sans craindre de coincer ma bague dans un gros gros noeud, je ne dépenserais pas un fric fou en huile d’argan et autre sérum qui n’enrichissent que les labos qui les commercialisent, si j’étais toi ce ne seraient pas mes cheveux mais MOI QUI SERAIS LIIIIIIBREEEEEE !

Et puis j’ai vieilli et, quelques années plus tard (et après quelques tendinites aussi !), j’ai appris à accepter mes cheveux (tiens et mes fesses au passage !) et je trouve ça effectivement chouette d’avoir une grosse tignasse (et presque utile d’ailleurs car je suis sûre que je pourrais y cacher 2/3 trucs) que je peux laisser frisée ou lisser, suivant mes envies.

Et puis tiens, j’ai accepté quelques cicatrices dont j’avais presque honte, quelques bourrelets qui sont apparus après mes grossesses (et des carrés de chocolat en passant par la cuisine), et puis… et puis c’est tout hein ça suffira : je ressemble tout de même plus à Esmeralda qu’à Quasimodo ! En fait, je ne crois pas avoir accepté, mais décidé !

J’ai décidé que, comme mes cheveux, je suis libre, libre de clamer haut et fort que je suis TOP BONNE parce que TOP BONNE c’est dans la tête (enfin presque ;-)).

 Blog2

Publicités

4 réflexions sur “Je suis libre

  1. Pingback: Liebster Award |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s